Le 21 janvier 2013

La rencontre autour de l’œuvre du Professeur Mohammed Arkoun, organisée conjointement par la Fondation Mohammed Arkoun pour la Paix entre les Cultures et le Forum France-Algérie, a été un franc succès. En effet, plus de 170 participants ont assisté à une projection suivie d’un débat qui s’est tenu à l’Auditorium de la Mairie de Paris le 16 janvier 2013.

Bertrand Delanoë, Maire de Paris, a eu un empêchement et n'a pas pu assister à la rencontre, mais il a fait lire un message à Claudine Bouygues, Adjointe au Maire de Paris, dans lequel il a annoncé que la Mairie de Paris s’apprêtait à rendre hommage à Mohammed Arkoun, « grand artisan de dialogue et de paix » entre Orient et Occident, en donnant « son nom à un espace ou un équipement public » parisien.

Le 26 novembre 2013

hafid keramane

Le Forum France-Algérie partage la douleur de Nabila Keramane, membre du Forum France-Algérie, et de ses proches, suite au décès de son père, Hafid Keramane, le 13 novembre à l’âge de 81 ans.

Né le 5 avril 1931 à Béjaïa, Hafid Keramane a mené de brillantes études en droit en sciences politiques.

Hafid Keramane s’est engagé dès ses jeunes années dans la guerre de Libération nationale en devenant le Président de la section de Paris de l’UGEMA (Union Générale des Étudiants Musulmans Algériens) puis l’un des membres de son comité directeur. Il a également été Président de l’AEMNA (Association des Étudiants Musulmans d’Afrique du Nord).

Hafid Keramane a poursuivi son combat en faveur de l’indépendance en devenant l’un des membres de la direction de la Fédération de France du FLN (Front de Libération Nationale) avant de devenir chef de la délégation du FLN en Allemagne fédérale.

Le 3 novembre 2012

Le Forum France-Algérie exprime sa consternation et sa profonde indignation suite au geste inqualifiable de Mr Gérard Longuet, sénateur de la Meuse et ancien ministre, le 31 octobre sur le plateau de la chaine télévisée Public Sénat.

Alors que la démarche du président de la République, dans la foulée de la reconnaissance de la tragédie du 17 octobre 1961, nourrit l'optimisme de ceux qui œuvrent depuis des décennies pour une réconciliation entre la France et l'Algérie, cet acte ignoble vient nous rappeler que certains milieux en France restent déterminés à empêcher un rapprochement et une normalisation des relations entre les deux pays.

Tout en saluant la réaction de Mr Jean-Pierre Bel, président du Sénat, le Forum France-Algérie condamne avec fermeté le comportement irresponsable et indigne d'un élu de la République et en appelle aux responsables de l'UMP (formation à laquelle appartient Mr Longuet) de se démarquer et de sanctionner cet acte grave.

Monsieur Longuet vient de se mettre hors-jeu et son geste d'humeur lui vaudra sans doute la seule place qu'il mérite, une place d'honneur dans les bêtisiers télévisés de fin d'année.


francois hollande
Le 28 octobre 2012
 
Le président de la République française, François Hollande, a déclaré dans un communiqué: « Le 17 octobre 1961, des Algériens qui manifestaient pour le droit à l’indépendance ont été tués lors d’une sanglante répression. La République reconnaît avec lucidité ces faits. Cinquante et un ans après cette tragédie, je rends hommage à la mémoire des victimes. »

Le Forum France-Algérie tient à saluer cette déclaration historique, qui constitue une prise de position courageuse compte tenu de l’opposition manifestée par une partie de la classe politique française, qui s’entête à nier les faits et à refuser de reconnaître la responsabilité de l'Etat français dans le massacre.

Elle vient récompenser la mobilisation de plusieurs associations, dont le Collectif du 17 octobre, qui ont lutté pendant plusieurs décennies pour une reconnaissance officielle du massacre du 17 octobre 1961, qui avait été jusque-là occulté de la mémoire collective.

Le Forum France-Algérie tient tout particulièrement à rendre hommage aux victimes et à leurs familles, qui attendent toujours que justice soit rendue. Il appelle pour cela à l'ouverture complète des archives afin que les historiens puissent continuer à éclaircir les circonstances de ce drame qui devront être rendues publiques.