La revue de presse d'Algérie en Mouvement du 2 Janvier 2021

 Par Lynda Abbou

 Capture décran 2020 11 14 à 09.11.54

Le Chef de l’Etat algérien Abdelmadjid Tebboune est rentré au pays, après deux mois d'hospitalisation en Allemagne, où il a également observé une période de convalescence après son rétablissement de la Covid-19. Il a atterri, mardi 29 décembre 2020 en début de soirée, à l’aéroport militaire de Boufarik, dans la wilaya de Blida. Son retour a donné le feu vert au débat sur son agenda et les chantiers urgents qui l’attendent.

Son agenda est très chargé, « après plus de deux mois d’absence, Abdelmadjid Tebboune retrouve plusieurs dossiers en attente, dont certains revêtent un caractère urgent ». Il a d’ailleurs signé jeudi 31 décembre 2020 la Loi des Finances 2021. Cette loi, dont la cérémonie de signature a été diffusée en vidéo sur la page Facebook officielle de la présidence de la République, entre enfin en vigueur, après son adoption en novembre dernier par le parlement. Tebboune a signé également le décret présidentiel portant promulgation dans le Journal officiel de l’amendement de la nouvelle Constitution.

 

La revue de presse d'Algérie en Mouvement du 9 Janvier 2021

 Par Lynda Abbou

 Capture décran 2020 11 14 à 09.11.54

Le tribunal militaire de Blida, en Algérie, a acquitté samedi 02 janvier 2021, les deux anciens patrons des renseignements, Mohamed Mediène, dit Toufik, et Bachir Tartag, la secrétaire nationale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, et l’ex conseiller à la présidence de la république, Saïd Bouteflika, dans l'affaire de  « l’atteinte à l'autorité de l'armée et complot contre l'autorité de l'Etat ».

Depuis cet acquittement les appels à l’élargissement des détenus d’opinion se sont multipliés. « De plus en plus des voix s’élèvent pour réclamer la libération des détenus d’opinion et politiques en Algérie et l’arrêt des poursuites contre les activistes, en pointant les conséquences sur l’image et la crédibilité du pays à l’étranger » a noté TSA.

 

La revue de presse d'Algérie en Mouvement du 16 Janvier 2021

 Par Lynda Abbou

 Capture décran 2020 11 14 à 09.11.54

Lors du procès en appel de l’ancien premier ministre algérien en prison, Ahmed Ouyahia, dans le dossier du montage automobile et de l’affaire du financement occulte de la campagne électorale pour le 5e mandat avorté d’Abdelaziz Bouteflka, une nouvelle affaire de corruption a été révélée et a secoué la scène médiatique en Algérie.

Les aveux d’Ahmed Ouyahia devant le tribunal affirmant que des lingots d’or ont été offerts aux autorités algériennes par des princes orientaux, ne sont pas passés inaperçus. Les Algériens se demandent quels sont les avantages accordés en contre-partie de ces “cadeaux”.

« A travers cette histoire de lingots offerts par des émirs à Ahmed Ouyahia, on comprend comment de hauts responsables sont devenus des obligés des monarchies du Golfe, pourquoi l’Algérie est peu considérée par ces mêmes monarchies et pourquoi le pouvoir politique a laissé proliférer le discours politico-religieux rétrograde… » a noté Le Matin d’Algérie