Aniss Lammali
Après un parcours d’enseignement général dans le système éducatif algérien, Aniss Lammali obtient une bourse française pour poursuivre ses études dans le domaine des nouvelles technologies (option génie climatique). Pendant son séjour en France, intéressé par le monde du cinéma, de l’audio-visuel, il intègre une association (l’amicale des stagiaires) dont il devient vice-président, qui organise des cycles cinématographiques à thème permettant ainsi aux résidents du campus de découvrir les différents visages qu’offre le 7eme art. A son retour en Algérie, et riche de cette expérience, il a retrouvé un cercle d’amis qui avaient lancé une revue culturelle estudiantine (Oxymore Ubumag).

Après la fin de leurs études universitaires pluridisciplinaires, ils décident de lancer officiellement une start-up (Agence de communication Popium) pour leur permettre de réaliser leurs projets, à savoir :

  • Continuer la publication numérisée de la revue
  • Organiser un ciné-club hebdomadaire (Zinet La Condition Ciné Qua None)
  • Initier différents projets

Hayat Remmache, jeune femme de 26 ans , née à Oran, est juriste dans une entreprise publique. Suite à un voyage avec des amis dans le désert algérien qui leur a permis de découvrir des parties du territoire qui leur étaient inconnues, ils ont décidé de partager leur passion commune pour le voyage, l'histoire et son pays en créant l'association ''Les Nomades Algériens'', dont Hayat est aujourd'hui la présidente. Son entrée dans le milieu associatif lui a également permis de faire appel à ses compétences professionnelles et de les mettre au service de l'AFEPEC, association féministe pour l'épanouissement de la personne et l'exercice de la citoyenneté. Dans ce cadre, elle anime des ateliers autour de thèmes divers tels que le contrat de mariage, le genre et et le droit à l'image.

Depuis 2009, Les Nomades Algériens organisent des activités variées afin de faire découvrir le patrimoine historique, culturel et naturel de l'Algérie telles que des voyages, des randonnées, des visites guidées, des cafés littéraires, des projections-débats, des conférences, des think tank...

Leur action vise principalement les jeunes algériens. En faisant redécouvrir leur pays à ces jeunes tentés par le départ, l'association lutte contre l'émigration et participe à la sensibilisation du citoyen pour préserver l'identité algérienne.

Afin de mener leur mission à bien, les membres de l'association ont suivi des formations en gestion de cycle de projet, communication interpersonnelle, gestion de groupes et autres, leur permettant de se professionnaliser. Aujourd'hui, ils partagent ces connaissances en proposant à leur tour de former d'autres associations.

Visiter le site de l'association Les Nomades Algériens

Accéder à la page facebook Les Nomades Algériens

Karim Seghir a suivi un parcours singulier. Inspecteur en HSE de formation, mais également athlète national en parapente, Karim Seghir est parvenu à conjuguer ses deux passions :  le sport et la nature.  Après l'obtention de son diplôme en hygiène sécruité environnement, Karim Seghir a suivi plusieurs formations à l'association Solidaridad International où il a développé des compétences transversales en montage, gestion et stratégie de projet et acquis des connaissances sur les thématiques des droits de l'Homme et du genre.

Très sensible aux enjeux environnementaux de la wilaya de Tizi-Ouzou, ce sportif originaire de Tabouda est actuellement secrétaire général et chargé de projets de l’association scientifique et protection de la nature et espèces animal de  la wilaya de Tizi-Ouzou (ASPNA)

Sa triple formation (sport/HSE/gestion de projet) l'a conduit  au poste qu'il occupe aujourd'hui : manager du club sportif des sports montagnes et ariennes Kabylie évasion.

Kabylie évasion propose des circuits pédagogiques pour sensibiliser les citoyens aux problématiques environnementales à travers la pratique du sport. L'association mène également des actions de plaidoyer à destination des pouvoirs publics, ayant entre autres permis la conception de la charte des représentants du réseau, et mobilise des acteurs publics et du monde associatif grâce à des formations.

Maya AZZEGAGH est diplômée de l’université d’Alger en géologie en 1995, spécialité géochimie. Très vite, elle se détourne d’une carrière scientifique et se consacre pleinement à des activités artistiques et associatives porteuses de revendications égalitaires pour les femmes.

 C’est durant les heures les plus obscures qu’a connues l’Algérie, que le courage de quelques femmes à l’instar de Yamina Zerrouk, de Nafissa Lahrache, et de  Leila Bouclie  triomphera. Ces dernières fondent  l'association Femmes en Communication, que rejoindra Maya Azzegagh quelques années plus tard. Cette expérience associative inspirera la jeune militante  et l’amène en 2003 à créer le projet Res’Art, un réseau de femmes artisanes d’art qui promeut le commerce équitable.

Au fil des ans, Maya Azzegagh étoffe sa connaissance du milieu associatif et culturel algérien à travers des formations en gestion de projet et en NTIC effectuées en France et en Algérie entre 2003 et 2005. Un savoir-faire précieux qu’elle mettra au service d’associations de femmes, en créant notamment leurs pages web ou en réalisant un programme radio au Sénégal.

Maya Azezagh initie entre 2006 et 2012 des projets de caravanes pour l’association femmes en communication afin de sensibiliser la population autour des problématiques de la citoyenneté des femmes et de l’exclusion, dans des villes reculées du pays comme Adrar et Tamanrasset. Elle porte également la voix des femmes algériennes lors de rencontres internationales à l’instar de la conférence « Who has no memory has no future » organisée à Barcelone en 2006.
Consciente de l’impact des nouveaux médias sur l’opinion publique, elle se spécialise dans la création et la production de programmes radio thématiques axés essentiellement sur la place des femmes algériennes dans les médias, la politique et la société civile.

En marge de ces actions d’envergure réalisées auprès de la population féminine, Maya AZZEGAGH participe par le biais de son association à la Production de rapports annuels sur la condition féminine publiés au CIDEF (Le Centre d'information des droits de l'enfant et de la femme), ainsi qu’à des enquêtes nationales comme celle réalisée en 2012 et qui s’intitule « Relève féminine et revendication égalitaire - nouvelles diplômées : entre attentes et perspectives».

Découvrir le blog de Rés'art

Aller sur la boutique en ligne Rés'art

Relancer un art délaissé depuis quelques temps à Oran, voici l'objectif d'Isoclub, initiative ambitieuse qui propose aux amoureux de la photographie (amateurs ou professionnels) de redécouvrir cet art, à travers des formations techniques, mais également des expositions et des rencontres avec d'autres clubs de photographie. Lancé il y a tout juste un an et demi, le collectif a déjà plusieurs réalisations à son actif. I Shot Oran -plus communément connu sous le nom d'Isoclub- a déjà organisé 3 expositions ainsi qu' une journée de la photographie à Oran « La photo en fête ». En parallèle, Isoclub assure des formations continues qui se déroulent tous les quinze jours. Isoclub est également engagé dans des projets caritatifs.

Retrouver le site internet de Fayçal Rezkallah

Visionner la page facebook d'Iso Club

Malgré son jeune âge, Rabehi Mohamed Amine a fait le choix audacieux d’investir le marché encore balbutiant  des énergies renouvelables en Algérie, un secteur qui recèle  d’importantes  opportunités de développement que cet entrepreneur de 33 ans a sues saisir.
Il est depuis 2006 manager de la société Solarvie, une micro-entreprise  innovante de Sidi Bel Abbes spécialisée dans  l’installation  et la commercialisation des équipements d’énergie solaire photovoltaïque.
Après une spécialisation dans la maintenance des équipements et systèmes informatiques, Rabehi Mohamed Amine obtient  en 2009 son diplôme de  Bachelor in Buisiness Administration option ingénieur d’affaire international.  

Son entreprise  s’attelle dès 2006 à l’électrification  solaire des foyers ruraux de la wilaya de Sidi Bel Abbes, et ce dans le cadre d’un programme national de  lutte contre la désertification rurale initié par le ministère de l’agriculture. En plus d’être d’utilité publique, ce projet d’électrification a permis à Rabehi Mohamed Amine de créer des liens privilégiés, en allant au plus près d’une population rurale souvent en grande difficulté.
Il entreprend par la suite (2009-2013) une série de travaux de réalisation  de systèmes de signalisation routière à base d’énergie solaire, en installant des plots lumineux solaires routiers dans divers  wilayas de l’ouest  algérien à la demande des collectivités locales.
Son expérience du terrain  et son implication dans divers projets de promotion des énergies renouvelables font de lui un acteur incontournable dans le domaine du photovoltaïque algérien.

Des ruelles escarpées du quartier mythique de  Sidi Lhouari,  en passant par le site historique de Santa Cruz, le patrimoine oranais n'a plus de secret pour elle. Agée  de 25 ans, Ismahène Lekhlifi multiplie les expériences associatives tout en poursuivant son cursus académique  à l'université de l’USTO (Oran). Fraichement diplômée en biologie moléculaire, elle s'est activement engagée dans les activités  associatives de sa région. Membre du collectif oranais "Stop Sida", ou encore de la web TV de l'institut français d'Oran, elle poursuit diverses formations dans les métiers d'animation d'ateliers de théâtre et d'écriture.

Dans la même continuité, elle occupe le poste de secrétaire générale au sein de l'association oranaise Bel Horizon, qui  a vu le jour en 2001, et qui défend depuis plus d'une décennie la réhabilitation et la sauvegarde du patrimoine historique oranais.

En plus de sa casquette de secrétaire générale, la jeune oranaise est guide touristique; une formation dispensée par la même association qui vise à inculquer et à "répandre la culture patrimoniale" au sein de la jeunesse oranaise, et algérienne plus généralement.

C'est ainsi qu' Ismahane Lekhlifi incarne cette jeunesse algérienne fougueuse et dynamique qui œuvre par le biais du tissu associatif à la promotion d'actions  citoyennes pérennes.

Visiter le site internet de Bel Horizon

Membre actif au sein de l'association Cinéma et Mémoire en partenariat avec l'association Kaina Cinéma. J'ai réalisé mon premier film documentaire "Où est Fanon" en 2011 dans le cadre de l'atelier de création de films documentaires "Béjaïa Doc" initié, depuis 2007, par Habiba Djahnine de l'association Cinéma et Mémoire et Morad Kertobi de Kaina Cinéma, dont l'enjeu est d’apprendre aux jeunes à s'approprier et à produire des images, par la construction d'un point de vue sur le réel, et construire un regard singulier et intérieur à partir de la société algérienne. 21 films ont été produits entre 2007 et 2012. Depuis 2012 on participe à la création d'un réseau qui se propose d'accompagner les jeunes algériens à s'insérer professionnellement en bénéficiant d'une formation/action dans le domaine de audiovisuel appelé "Ciné Job" qui vise également à créer un site ressource proposant aux jeunes motivés un accompagnement à l'insertion professionnelle dans la filière cinématographique et audiovisuelle. L'association s'atèle aussi à l'élaboration d'un réseau pour la diffusion cinématographique en Algérie à travers la création et la dynamisation des réseaux de ciné-clubs.

Visiter la page facebook de Cinéma et Mémoire

Diplômé en marketing et en communication évènementielle Nassim OULD BRAHIM a opté pour les métiers axés essentiellement sur le relationnel. Chargé de clientèle entre 2006 et 2009 pour le compte d’une entreprise spécialisée dans les produits interactifs, il se lance dans « l’évènementiel » en organisant des conférences, banquets et soirées ramadhanesques pour les grands noms de l’hôtellerie en Algérie : MazafranSafir et le prestigieux hôtel El Djazair. Parallèlement à ces expériences professionnelles dans le domaine de la communication, Nassim OULD BRAHIM se spécialise dans l’organisation de circuits touristiques dans la région deTimimoun qui ont la particularité de mettre en valeur le caractère traditionnel d’exception des régions du sud.

Fort de sa connaissance des divers métiers de l’évènementiel et du tourisme , il entreprend en 2009 un nouveau projet qui surfe sur l’engouement des algériens pour les destinations du sud du pays. Dans un contexte de morosité du secteur touristique algérien, le jeune entrepreneur fonde Dar Terrehut, une maison d’hôte située à 2 km de celle que l’on surnomme l’enchanteresse. Dans un cadre féerique à la croisée des oasis et des étendues de dunes, Dar Terreheut est une de ces maisons taghitoises aux couleurs ocres qui a su conserver son architecture traditionnelle. En plus d’offrir les prestations classiques d’hôtellerie, Nassim OULD BRAHIM s’engage dans une démarche de tourisme responsable qui œuvre à la préservation du patrimoine local. Son programme de séjour inclut les bivouacs nomades, les visites des habitats traditionnels de la région (les Ksours) ainsi que celles des gravures rupestres qui font la notoriété de la région.

Dar Terrehut est présente sur le web ainsi que les réseaux sociaux avec des visuels modernes et percutants qui font désormais sa marque de fabrique : ainsi est-elle visible pour tous ceux qui veulent découvrir le Sud Algérien, les nationaux aussi bien que les étrangers.

Visiter le site de Dar Terrehut

Avec une carrière de formatrice entièrement dévouée à l’enseignement et à la formation des enseignants, Fariza LAMROUS n’a pas manqué d’énergie pour lancer, en 1999, l’Association pour la Jeunesse Innovatrice et l’Environnement (AJIE).

Professeur des collèges entre 1975 et 2005, elle s’est également occupée de la formation des enseignants en tant que professeur d’application à l’ITE de Tizi-Ouzou. Après avoir effectué un premier séjour en France, en 1998 à Saint – Etienne, en relation avec son métier d’enseignante, Mme LAMROUS revient en 2001 à Rennes pour suivre une formation sur le renforcement des cadres associatifs, et méthodologie de montage de projets. C’est donc en tant que militante et présidente d’une association qu’elle est s’est mobilisée pour faire de l’AJIE une véritable pépinière à initiatives. Avec son association, Fariza LAMROUS intervient dans plusieurs champs d’actions singuliers tels que l’écocitoyenneté et l’environnement, l’artisanat local et l’agriculture de montagne. L’AJIE exploite plusieurs leviers comme la sensibilisation, la vulgarisation, la formation, le conseil des porteurs de projets, et l’orientation.

Pleine d’initiatives, et avec son écoute pédagogique, Fariza LAMROUS se démène de façon inlassable pour la réussite de son projet associatif dans une ville qui lui colle à la peau.

Pour Mohamed TABBOUCHE, les questions environnementales font partie de ses préoccupations professionnelles et de son engagement de militant associatif. Diplômé de l’Institut National des Hydrocarbures (INH) de Boumerdès, depuis 1991, et spécialiste de l’économie pétrolière, il intègre la Sonatrach en tant qu’ingénieur process à la raffinerie de Skikda. Depuis janvier 2007, il est responsable du «  suivi économie de l’énergie », et conseiller en «  efficacité énergétique » à la même entreprise et sur le même site.

Entre 1997 et 2002, ce père de famille de 47 ans, a enrichi son parcours professionnel par une expérience universitaire en tant qu’enseignant associé en gestion financière et contrôle de gestion.

Natif de Skikda, une ville connue pour sa raffinerie et son important port pétrolier, Mohamed TABBOUCHE a fait de la défense de l’environnement un cheval de bataille qu’il a bien su concilier avec ses obligations professionnelles. Il a ainsi participé à plusieurs séminaires internationaux sur les énergies propres et renouvelables, lesquels l’ont conduit aux USA, à Paris, Berlin et Bonn. En novembre 2012, il a fait partie de la délégation algérienne à la Conférence internationale sur les changements climatiques de Doha (Qatar).

Mohamed TABBOUCHE est président de Bariq 21, une association activant dans le domaine de la protection de l’environnement, des énergies propres et de l’efficacité énergétique.

Visiter la page facebook de Bariq 21

Ingénieur en agronomie saharienne, Belhadj TIRICHINE forge l’essentiel de son expérience professionnelle dans la région du M’Zab qui l’a vu naître en 1968.Il obtient le diplôme d’ingénieur d’Etat sur les « Systèmes agricoles oasiens » en 1993 à l’INFSAS de Ouargla. Spécialiste du développement local, il enchaîne les missions et les expériences. Après des débuts dans le milieu du journalisme et de la communication, il entreprend un parcours professionnel riche et varié, et occupe successivement des postes de gérant dans une entreprise privée, de cadre dans une direction locale de lutte contre la désertification avant de devenir expert et consultant en agriculture oasienne.

L’engagement militant et associatif de Belhadj TIRICHINE débute à partir de 1992, en tant que membre fondateur du CREA, le Comité de Réflexion des Etudiants Algériens, devenu par la suite, en 1993 l'AREA-ED. En 2006, il traversa la Méditerranée en direction de la France pour préparer un Master II en ''Expertise d’ingénierie en développement local'' à la Faculté de Droit, des Sciences Economiques et Sociales de Lyon. Après deux années d’études, il retourne en Algérie pour occuper différents postes en relation avec le développement local, le financement des micro-entreprises, la formation et la vulgarisation.

Un engagement sans faille, militant et professionnel, pour faciliter l’accès à l’éducation et la formation des jeunes handicapés mentaux de la région Bouzeguène (w. de Tizi Ouzou) : tel est le parcours associatif de Baya Hamoum, jeune médecin généraliste de trente ans. Fraîchement diplômée de l’université Mouloud Mameri de Tizi Ouzou, Baya Hamoum présente, pour son jeune âge, un long parcours de militante associative, couronné de plusieurs réalisations. En 2007, alors qu’elle était encore étudiante, elle s’est engagée dans l’association TUJYA (association universitaire de sensibilisation et d’information médicale).

En tant que chef de projet au sein de l’Association des handicapés et de leurs amis (AHLA) de Bouzguène, qu’elle a intégrée en 2008, elle a inscrit une première réalisation à sa longue liste de succès. Sous son impulsion, AHLA a créé son propre Centre médico-pédagogique (CMP) pour aider et soutenir les enfants porteurs d’un handicap mental afin d’accéder à l’éducation et à la formation. En partenariat avec des ONG internationales, tel que Handicap international et la Fondation de France, l’AHLA de Bouzeguène a lancé, entre 2009 et 2012, une série de projets relatifs à l’Education pour tous et un service d’aide par le travail.
Depuis 2012, Baya HAMOUM est Secrétaire générale de l’association AHLA et membre du comité de pilotage du programme PCPA, chargée du projet d’appui à l’inscription scolaire avec le concours de l’Ambassade de France.

Visiter la page facebook de l'AHLA

Il faut être armé d’une volonté inébranlable pour s’attaquer au problème du SIDA dans un pays où le seul fait d’en parler était, il n’y a pas très longtemps, considéré comme tabou. Pourtant, c’est le combat que mène depuis quelques années Mohamed GUEMMAMA, jeune médecin spécialiste et également journaliste.
C’est un exemple de courage et de motivation que présente cet homme de 33 ans, né à Tamanrasset. Après les longues études de médecine, à l’Institut des sciences médicales d’Alger, et l’obtention du diplôme de Néphrologue, Mohamed GUEMMAMA a suivi une formation de Rédacteur- reporteur qui lui a permis de devenir présentateur du journal Amazigh (version Targui) à la télévision nationale. Urgentiste médicochirurgical à l’hôpital de Tamanrasset, son engagement associatif l’a conduit à de nombreuses activités et de multiples responsabilités.

Président de l’association Green Tea, de lutte contre le Sida et la drogue, Mohamed GUEMMAMA est, depuis 2007, le chargé de communication de l’Académie de la société civile algérienne. Il est également Coordinateur centrale du réseau d’association « Tanmya » de sa région natale Tamanrasset et membre du réseau national de lutte contre le Sida.
Dans le cadre de son activité associative à la tête de Green Tea, il a lancé le projet «Tigza» qui porte sur la création de trois clubs d’animation et de prévention contre la drogue et la toxicomanie dans les milieux de jeunes.

Après l'obtention d'un D.S en gestion des entreprises à l'Institut international de management d'Alger, Yasmine BOUCHENE s'est lancée dans des travaux de rédaction auprès du quotidien francophone El Watan où elle a écrit des articles pour l'édition web, puis de Jam mag, et enfin de Vinyculture.
Très intéressée et convaincue par le potentiel des nouvelles technologies et des nouveaux médias, cette jeune « rédactrice 2.0 » a co-fondé le magazine Jam-bag, spécialisé dans les nouvelles technologies. Elle s'est ensuite orientée vers une brève carrière radiophonique à Radio Alger chaîne 3, toujours en utilisant les supports web -son outil de prédilection- comme moyen de communication, de rassemblement et de partage culturel : elle y a animé l'émission « lifet.net », une chronique autour du web.
Elle est aujourd'hui responsable du pôle web de la société de design interactif Intowaves mais reste très investie dans les activités de Vinyculture pour lequel elle rédige régulièrement des articles.

C'est en qualité de co-fondatrice du webzine Vinyculture que Yasmine BOUCHENE interviendra sur le thème « Médias en mouvement en Algérie » lors de la rencontre-débat organisée le 12 novembre 2013 à la Mairie du XVIIe arrondissement de Paris ainsi que sur le thème « Cinéma et audio-visuel, vers de nouvelles compétences et de nouveaux métiers », le 13 novembre 2013 à Montreuil.
Favoriser l'accès à la culture et les rencontres autour de la culture à travers l'utilisation des nouveaux médias, tel est le principal objectif de vinyculture.com, un magazine en ligne dédié aux activités culturelles et à l'information culturelle en Algérie. Consciente de l'importance de réconcilier les citoyens avec les lieux historiques et culturels de l'Algérie, Yasmine BOUCHENE a mis en œuvre ce projet qui est déjà une réalisation prometteuse.

De fil en aiguille, le projet VinyWaves, pendant événementiel de Vinyculture, a vu le jour. Des sorties aux musées et autres sorties découvertes ont ainsi été organisées à l'intention des lecteurs du site et de leurs proches pour promouvoir les échanges entre personnes dont l'âge, les parcours sont variés. Aujourd'hui, de nouveaux projets sont à l'essai : des ateliers sont organisés depuis peu à destination d'enfants, issus notamment de milieux défavorisés dans le but de leur faire découvrir un nouvel art (le conte, la poterie, la calligraphie), et de faire naître ainsi des vocations.

Visiter le site web de Vinyculture

belasli karimaAprès l'obtention d'un diplôme en sciences de journalisme et de l'information et plusieurs expériences dans les médias dits « traditionnels » (APS, ENTV, Minbar El Djamiaa, Mawid Hawa, le magazine BTP Algérie) et dans diverses entreprises (Coopérative Maghreb de la productionAudio-visuelle, l’entreprise Conception Documentaire et Spots Publicitaires ), Karima Belasli a mis ses compétences en matière de rédaction, d'investigation et d'expression au service de l'association « femmes en communication ». Et en 2009, « FEC » a lancé la web radio « Voix de femmes » où Karima BELASLI exerce ses talents de journaliste. Parallèlement à ses activités professionnelles, Karima BELASLI est également engagée sur d'autres thématiques dans le milieu associatif : elle a été membre de l’association des diabétiques de la wilaya de Tizi- Ouzou ainsi que de l'association SIDRA.

Karima Belasli interviendra en qualité de membre de l'association Femmes en communication lors des Rencontres-débats :
« Médias en mouvement en Algérie », le 12 novembre 2013 à Paris.
« Cinéma et audio-visuel, vers de nouvelles compétences et de nouveaux métiers », le 13 novembre à Montreuil
« Jeunesses actrices de transformations sociales : vers de nouvelles formes d'expression et de prises de parole », le 14 novembre à Nanterre

Femmes en communication défend avec ferveur le droit des femmes à exercer leur citoyenneté et mène en ce sens plusieurs actions. « FEC »organise régulièrement des débats qui questionnent les représentations et la place des femmes dans la société algérienne.
L'association publie régulièrement des dossiers sur ces questions mais également des nouvelles rédigées par des femmes afin de leur offrir une plus grande visibilité. L'exercice des droits des femmes passe par plusieurs canaux : arts, médias, engagement associatif, artisanat, et FEC essaie de donner la parole aux femmes qui agissent dans ces domaines.
La clé pour un plus grand poids des femmes dans la société algérienne réside dans l'utilisation des nouveaux médias, c'est pourquoi FEC a mis en place des formations à destination des femmes visant à leur donner des outils sur l'audionumérique.

voix de femmesLa web radio « Voix de femmes » est l'un des projets qui sera présenté au cours du festival Algérie en Mouvement. Cette web radio, lancée en 2009, présente une riche grille de programmation (reportages, portraits, entretiens) sur la thématique des droits de la femme et a plus de 600 émissions à son actif. Elle a également pour objectif de mettre en valeur les compétences des femmes sur le marché du travail: elle a ainsi permis à 16 femmes d'obtenir un emploi en créant des postes en son sein (journalistes...). Aujourd'hui le principal défi de la radio est le renforcement des capacités professionnelles.

La création d'un blog dédié aux questions des droits des femmes est un projet novateur dont l'initiatrice est Karima BELASLI. Ce blog, qui s'intitulera « Entre femmes » entend mettre à disposition des jeunes femmes célibataires un espace d'expression et d'échange d'idées autour des problématiques liées au statut compliqué de la jeune femme célibataire dans la société algérienne : inégalités, harcèlement, et cadre législatif seront les thèmes traités sur ce blog.

Après l'obtention d'un diplôme en sciences de journalistime et de l'information et plusieurs expériences dans les médias dits « traditionnels » (APS, ENTV, Minbar El Djamiaa, Mawid Hawa, le magazine BTP Algérie) et dans diverses entreprises (Coopérative Maghreb de la productionAudio-visuelle, l’entreprise Conception Documentaire et Spots Publicitaires ), Karima Belasli a mis ses compétences en matière de rédaction, d'investigation et d'expression au service de l'association « femmes en communication ». Et en 2009, « FEC » a lancé la web radio « Voix de femmes » où Karima BELASLI exerce ses talents de journaliste. Parallèlement à ses activités professionnelles, Karima BELASLI est également engagée sur d'autres thématiques dans le milieu associatif : elle a été membre de l’association des diabétiques de la wilaya de Tizi- Ouzou ainsi que de l'association SIDRA.

 

Karima Belasli interviendra en qualité de membre de l'association Femmes en communication lors des Rencontres-débats :

« Médias en mouvement en Algérie », le 12 novembre 2013 à Paris.

« Cinéma et audio-visuel, vers de nouvelles compétences et de nouveaux métiers », le 13 novembre à Montreuil

« Jeunesses actrices de transformations sociales : vers de nouvelles formes d'expression et de prises de parole », le 14 novembre à Nanterre

 

Femmes en communication défend avec ferveur le droit des femmes à exercer leur citoyenneté et mène en ce sens plusieurs actions. « FEC »organise régulièrement des débats qui questionnent les représentations et la place des femmes dans la société algérienne.

L'association publie régulièrement des dossiers sur ces questions mais également des nouvelles rédigées par des femmes afin de leur offrir une plus grande visibilité. L'exercice des droits des femmes passe par plusieurs canaux : arts, médias, engagement associatif, artisanat, et FEC essaie de donner la parole aux femmes qui agissent dans ces domaines.
La clé pour un plus grand poids des femmes dans la société algérienne réside dans l'utilisation des nouveaux médias, c'est pourquoi FEC a mis en place des formations à destination des femmes visant à leur donner des outils sur l'audionumérique.

 

La web radio « Voix de femmes » est l'un des projets qui sera présenté au cours du festival Algérie en Mouvement. Cette web radio, lancée en 2009, présente une riche grille de programmation (reportages, portraits, entretiens) sur la thématique des droits de la femme et a plus de 600 émissions à son actif. Elle a également pour objectif de mettre en valeur les compétences des femmes sur le marché du travail: elle a ainsi permis à 16 femmes d'obtenir un emploi en créant des postes en son sein (journalistes...). Aujourd'hui le principal défi de la radio est le renforcement des capacités professionnelles.

 

La création d'un blog dédié aux questions des droits des femmes est un projet novateur dont l'initiatrice est Karima BELASLI. Ce blog, qui s'intitulera « Entre femmes » entend mettre à disposition des jeunes femmes célibataires un espace d'expression et d'échange d'idées autour des problématiques liées au statut compliqué de la jeune femme célibataire dans la société algérienne : inégalités, harcèlement, et cadre législatif seront les thèmes traités sur ce blog.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


 

 

 

 

 

 

 LE FORUM FRANCE-ALGÉRIE PRÉSENTE LE

  Festival Algérie en Mouvement

 Du 12 au 16 NOVEMBRE 2013

 À PARIS / MONTREUIL / NANTERRE / AUBERVILLIERS

 

 

MONDE ASSOCIATIF   ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE 

 

NOUVEAUX MÉDIAS   DOCUMENTAIRES 

 

ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE 

 

RENCONTRES-DÉBAT  EXPOSITION   CONCERTS

 

 

Action financée par :

idf logo macif fondation logo ambassade france logo
institut francais algerie logo mairie paris17 centre culturel algerien amana logo
montreuil logo nanterre logo aubervilliers logo
festival algerie en mouvement logo 285x319

 

 

A PROPOS DU FORUM FRANCE ALGERIE : Association loi 1901 dont l’objet est de rapprocher les peuples français et algérien et promouvoir, en France, le vivre-ensemble entre les franco-algériens et les différentes composantes de la société française.

Contact - e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Adresse : 5 rue des Immeubles Industriels 75011 PARIS
Tel. : +331 44 67 71 67
Site : www.forumfrancealgerie.org/festival-algerie-en-mouvement

Nouveaux médias


Monde associatif, citoyenneté


Économie Sociale et Solidaire

  • Fariza Lamrous : Association pour la Jeunesse Innovatrice et l’environnement (AJIE) » (Tizi Ouzou)
  • Maya Azeggagh : Association Femmes en Communication, projet « Res’Art » (Alger)
  • Karim Seghir : association « Kabylie Evasion » ( Bouzeguene)
  • Nassim Ould Brahim : entreprise « Dar TerreHut » (Taghit)

Environnement, développement durable


Danse orientale contemporaine

  • Compagnie Assia Guemra : extraits des pièces chorégraphiques « NOUN, la danse des éléments ou le voyage des oiseaux » et « Esquisses de danse »

Exposition d'art contemporain à la Galerie Talmart

  • Walid Bouchouchi
  • Sadek Lamri
  • Nawel Louerrad
  • Sadek Rahim
  • Amina Zoubir

Concert de clôture au Studio de l'Ermitage

  • Cheick Sidi Bémol (solo)
  • DenDana
  • Malya
  • Flouka
  • Labess

pdficon Télécharger le programme en version pdf (dernière édition : 11 novembre 2013)

Mardi 12 novembre : Soirée d'ouverture : Paris

Première partie de 18h à 19h à la mairie du 17ème Arr. de Paris
Ouverture officielle du Festival Algérie en Mouvement
en présence de Souad Massi, marraine de l'édition 2013 du Festival Algérie en Mouvement

  • Mme Brigitte Kuster, Maire du 17ème arrondissement de Paris
  • Mme Nabila Keramane, Conseillère régionale, Europe Écologie Les Verts Île de France
  • Mme Cathy Rouy Secrétaire générale de la Fondation Macif
  • M. Pierre-Olivier Adrey, Directeur général de la Société Algérienne de Prévoyance Santé (SAPS)
  • M. Rachid Ouali, Consul général d’Algérie à Paris
  • Mme Fatima Lalem, Adjointe au Maire de Paris chargée de l'égalité femme-homme
  • M. Abderrahmane Arar, Président du réseau NADA
  • M. Jean-Louis Vielajus, Délégué général du Comité Français pour la Solidarité Internationale, Président de Coordination Sud
  • Mme Erika Campelo, Secrétaire générale d’Autres Brésils (Brésil en Mouvement)
  • Mme Hayat Remmache de l'association Les Nomades Algériens, au nom de la délégation algérienne
  • M. Farid Yaker, Président du Forum France-Algérie.

Seconde partie de 19h à 21h à la mairie du 17ème Arr. de Paris,
Rencontre-débat : « Médias en mouvement en Algérie »
16 rue des Batignoles 75017 Paris, M° Rome ou Place de Clichy

  • Modérateur : M. Farid Yaker
  • Introduction : M. Akram Belkaid, journaliste et essayiste
  • Projection des œuvres du photographe Fay Lafaille et du reportage de l’association Bel Horizon
  • Témoignages et débat :
    • Mme Lynda Rabia-Belfendes, Directrice adjointe de Maghreb Émergent
    • M. Mourad Ouadahi, Directeur de Jil FM
    • M. Yacine Hireche pour l'association Cinéma et mémoire
    • Mme Karima Belasli pour l'association Femmes en communication
    • Mme Yasmine Bouchène, Rédactrice en chef du web magazine Vinyculture
    • M. Fayçal Rezkallah du collectif IsoClub
    • M. Aniss Lammali de l'agence de communication et de création Popium.

Mercredi 13 novembre  : Montreuil

Rencontre-débat « Cinéma, audio-visuel et réseaux sociaux, vers de nouvelles compétences et de nouveaux métiers »

- De 16h30 à 18h au Cinéma Le Méliès, centre commercial de la Croix-de-Chavaux

  • Mots de bienvenue :
    • Mme Dominique Voynet, Maire de Montreuil (sous réserve)
    • M. Cherif Oualid, Consul d'Algérie à Bobigny (sous réserve)
  • Modérateur : Morad Kertobi, Président de Kaïna Cinéma
  • Projection d'un documentaire : « J’ai habité l’absence deux fois » de Drifa Mezenner, 2011
  • Témoignages et débat :

- À 19h soirée post débat et festive au café la Pêche, 16 Rue Pépin Métro : Mairie de Montreuil.


Mercredi 13 novembre 2013 : Paris

Rencontre-débat « Monde associatif et économie sociale et solidaire : réponses et actions d'une jeunesse qui s'engage »
De 18h à 21h à l'Entrepôt, 7 rue Francis de Pressensé 75014 Paris - Métro : Pernety

  • Modérateur : M. Tarik Ghezali, expert en innovation sociale, auteur d'Un rêve algérien (ed. Aube)
  • Introduction : Mme Annie Takarli, Présidente de Touiza Solidarité
  • Projection du teaser réalisé par l'association Les Nommades Algériens et d'un documentaire de l’association Bel Horizon
  • Témoignages et débat :

Jeudi 14 novembre : Nanterre

Rencontre-débat « Jeunesses actrices de transformations, nouvelles formes d'expression et de prises de parole »

De 19h à 22h à L'Agora, 20 rue de Stalingrad 92000 Nanterre - M° RER A : Nanterre Ville

  • Mots de bienvenue :
    • M. Gérard Perreau-Bezouille, Premier adjoint au Maire de Nanterre
    • M. Abdelkader Dehendi, Consul d'Algérie à Nanterre (sous réserve)
  • Modératrice : Mme Giulia Fabbiano, Chercheuse post-doctorante à l'EHESS
  • Introduction : M. Mouloud Salhi, Président de l'association Etoile Culturelle d'Akbou, chef de file du réseau Anna Lindh-Algérie et Mme Yasmine Bouchene, Co-fondatrice et Rédactrice en chef de Vinyculture
  • Projection d'un documentaire: « El Berrani » de Aboubakr Hamzi, 2010
  • Témoignages et débat :
    • M. Yacine Hireche pour l'association Cinéma et mémoire
    • Mme Karima Belasli pour l'association Femmes en communication
    • Mme Ismahene Lekhlifi pour l'association Bel Horizon
    • M. Mohamed Guemmama pour l'association Green Tea
    • M. Fayçal Rezkallah du collectif IsoClub
    • Présentation des photographies du collectif de photographes oranais Isoclub
    • Soirée enregistrée en vue de produire un podcast radiophonique.

Jeudi 14 novembre : Paris

Rencontre-débat « Sensibilisation et engagement citoyen pour un développement durable : nouveau regard et initiatives autour d'une économie verte »

De 18h à 21h à l'Entrepôt, 7 rue Francis de Pressensé 75014 Paris - Métro : Pernety

  • Modérateur : M. Farid Yaker, Président du Forum France-Algérie
  • Introduction : M. Yves Contassot, Adjoint au Maire de Paris chargé de l'Environnement et M. Abdenour Keramane, ancien ministre de l'Industrie
  • Projection d'un documentaire: « Azar : l’Algérie s’enracine » de Nejma et Mehdi Rondeleux, 2013
  • Témoignages et débat :

Vendredi 15 novembre : Aubervilliers

Rencontre-débat « Environnement et Économie sociale et solidaire »  

Première partie de 19h à 22h à l'Espace fraternité, 10-12 rue de la Gare 93300 Aubervilliers, Métro : Front populaire

  • Mots de bienvenue :
    • M. Jacques Salvator, Maire d’Aubervilliers
    • Mme Élisabeth Guigou, Députée de Seine-Saint-Denis (sous réserve)
    • M. Cherif Oualid, Consul d'Algérie à Bobigny (sous réserve)
    • M. Arab Ali-Cherif, association Bouzeguene-Europe
  • Modérateur : M. Hakim Taibi, journaliste
  • Introduction : M. François Pompée, Directeur de Macif Conseil, Alger, Algérie
  • Projection d'un documentaire : « Retour à la Montagne » de Habiba Djahnine (extrait)
  • Témoignages et débat :

Deuxième partie de 22h à 23h à l'Espace fraternité, 10-12 rue de la Gare 93300 Aubervilliers, Métro : Front populaire

- À 22h : Pause buffet
Bar animé par une association Aubervilloise dans le cadre d'un projet solidaire.

- À 22h30 : Spectacle de la Compagnie Assia Guemra
Extraits des pièces chorégraphiques NOUN, la danse des éléments ou le voyage des oiseaux et Esquisses de danse


Du mardi 12 novembre au samedi 30 novembre

Exposition d'art contemporain à la Galerie Talmart, 22 rue du Cloître Saint-Merri 75004 Paris.

Commissaire : Katia Yezli, responsable du pôle culturel du Forum France-Algérie

Artistes plasticiens :

- Mercredi 13 novembre à partir de 18h : Vernissage

- Vendredi 15 novembre à 18h : Rencontre avec Amina Zoubir sur son travail vidéo réalisé dans le cadre du webdoc « Un été à Alger »

Voir le dossier de presse de l'exposition


Samedi 16 novembre 2013 : Paris

20h30 : Clôture et concert au Studio de l'Ermitage, 8 rue de l'ermitage 75020 Paris.

Au programme :

  • Cheikh Sidi Bémol (en solo). Parrain de la soirée
  • DenDana
  • Malya (en solo)
  • Flouka
  • Labess (en solo)

Informations et réservations :  www.studio-ermitage.com.


 

Action financée par :

idf logo macif fondation logo ambassade france logo
institut francais algerie logo mairie paris17 centre culturel algerien amana logo
montreuil logo nanterre logo aubervilliers logo

pdficon Télécharger le programme en version pdf (dernière édition : 11 novembre 2013)

Nous tenons à remercier chaleureusement l’ensemble de nos partenaires dont le soutien nous permet de réaliser la première édition du Festival Algérie en Mouvement.

 

Action financée par :

idf logo macif fondation logo ambassade france logo
institut francais algerie logo mairie paris17 centre culturel algerien amana logo
montreuil logo nanterre logo aubervilliers logo


Partenaires

touiza logo Kaina Cinéma logo akbou etoile culturelle logo  Compagnie de danse assia guemra logo
maghreb emergent logo medess logo tournsol prod logo jil fm logo
talmar galerie logo macif algerie logo Vinyculture logo algerie focus logo
ipemed logo el watan logo beur fm logo

 

dzair tv logo radio orient logo meting book logo numidie logo
select maghreb logo  chouf-chouf logo salama logo
Logo Uniâme Logo Une chorba pour tous les amis timimoun logo
Bouzguene Europe logo Reage logo ICE logo

Remerciements

  • M. Mansour Abrous
  • Mme Soraya Akkouche
  • Mme Zafira Baba
  • Mme Linda Bouadma
  • Mme Habiba Djahnine
  • Mme Giulia Fabbiano
  • M. Tarik Ghezali
  • Mme Fanny Gillet
  • M. Mohammed Haddad
  • Mme Nafissa Lahrache
  • M. Marc Monsallier
  • M.Abdenour Nouiri
  • M. Gaëtan Pellan
  • M. François Pompée
  • M. Amine Kouti
  • Mme Nejma Rondeleux
  • M. Mouloud Salhi
  • Mme Zineb Sedira
  • Mme Yasmine Seghirate
  • M. Karim Sergoua
  • Mme Wassyla Tamzali
  • M. Guillaume Thureau
  • M. Jean-Claude Voisin
  • Mme Ourida Yaker

pdficon Télécharger la présentation du festival en version pdf (dernière édition : 23 octobre 2013)

 

Le Forum France-Algérie présente le FESTIVAL ALGÉRIE EN MOUVEMENT qui aura lieu du 12 au 16 novembre à Paris, Aubervilliers, Montreuil et Nanterre et qui permettra de découvrir les actions et réalisations d'une jeunesse algérienne dynamique et créative, animée par le désir d'aller de l'avant.

Pendant une semaine, 17 représentants d'associations et d'entreprises algériennes innovantes présenteront leurs actions dans les domaines de l'économie sociale et solidaire, du monde associatif et de la citoyenneté, des nouveaux médias, de l'audio-visuel, des réseaux sociaux et de la culture.

Au programme ! Des projections de documentaires suivis de débats portant sur les domaines des nouveaux médias, du monde associatif, de l’économie sociale et solidaire, de l’environnement et du développement durable. Des extraits de de pièces chorégraphiques de danse contemporaine. Une exposition d'art contemporain à la Galerie Talmart et un concert final au Studio de l'Ermitage à Paris sont également prévus.

Un film documentaire sur le festival présentera la teneur des débats des différentes tables rondes, des interviews des participants et des personnalités présentes ainsi que les moments forts du Festival. Ce film sera diffusé en Algérie par les différents participants au festival et en France par le Forum France-Algérie et ses partenaires associatifs.

Qui est à l’origine du Festival Algérie en Mouvement ?

Le Festival Algérie en Mouvement est une initiative du Forum France-Algérie. Il est organisé en partenariat avec des acteurs de la société civile de France et d’Algérie et avec le concours financier et logistique de la Région Île de France, de la Fondation Macif, de l'Institut Français d'Algérie, de la mairie du 17em Arr. de Paris, des villes de Montreuil, Nanterre et Aubervilliers, de la Société Algérienne de Prévoyance Santé.

Pourquoi le Festival Algérie en Mouvement ?

Le Festival a pour objectif de mettre en valeur le dynamisme de la société civile algérienne et de contribuer ainsi à une meilleure connaissance de ce pays au sein du public français et franco-algérien. Le festival mettra en lumière les acteurs d’une Algérie en mouvement, dynamisée voire bousculée par sa jeunesse. Il se veut le catalyseur de nouvelles initiatives et projets franco-algériens dans les années à venir et souhaite par ce biais favoriser les échanges et la construction de passerelles entre les deux rives.

Qui sont les partenaires du Festival Algérie en Mouvement ?

Le cycle de rencontres « Festival Algérie en Mouvement » s'appuie sur un certain nombre de partenaires principaux en Algérie qui sont :

  • Pour le réseau associatif en Algérie : l'Étoile culturelle d'Akbou (www.etoileculturelle.org) qui assure l’articulation avec les membres du Programme Joussour ou PCPA Algérie, dispositif de coopération de société civile à société civile franco-algérien (80 associations) qui a un volet d'échanges et d'animation de jeunes des deux rives.
  • Pour le volet Économie Sociale et solidaire : la Fondation Macif, Macif Conseil et la Société algérienne de prévoyance et de Santé.
  • Pour le volet médias : le quotidien en ligne Maghreb Émergent ainsi qu’un certain nombre d’autres médias dont les logos figurent sur la page des partenaires du Festival Algérie en Mouvement.

Action financée par :

idf logo macif fondation logo ambassade france logo
institut francais algerie logo mairie paris17 centre culturel algerien amana logo
montreuil logo nanterre logo aubervilliers logo

pdficon Télécharger la présentation du festival en version pdf (dernière édition : 23 octobre 2013)