Bannière du Festival Algérie en Mouvement

faem souad massiDe jeunes algérien(ne)s créatifs, souriants et engagés dans leur pays, voilà une image de l'Algérie peu répandue quand les médias internationaux préfèrent parler des affaires de corruption, du chômage de la jeunesse et de la léthargie politique. Le festival « Algérie en mouvement » qui se tient du 12 au 16 octobre à Paris montre une autre réalité.

A lire les médias internationaux, l'Algérie n'aurait que des problèmes : niveau d'éducation en baisse, économie amorphe, malaise de la jeunesse, frustration sociale, etc. C'est du moins l'image présentée à une semaine d'intervalle dans deux quotidiens anglophones renommés, Le New York Times et le Guardian, qui insistent tous deux sur le manque de perspectives encourageantes pour le pays due à une situation d’inertie politique. [...]

Ceux qui restent et agissent
Si le taux de chômage élevé et les difficultés d'accès à l'emploi pour les jeunes diplômés une réalité indéniable, il en est une autre, plus optimiste. Celle d'une « Algérie en mouvement » entraînée par «une jeunesse algérienne dynamique et créative, animée par le désir d’aller de l’avant ». C'est du moins l'image présentée en ouverture du festival « Algérie en mouvement » dont la première édition s'est ouverte, hier, à Paris. Dans la salle bien pleine de la mairie du XVIIe arrondissement, Yacine Hirèche de l'association Cinéma et mémoire, Yasmine Bouchène, fondatrice du webzine Vinyculture, Fayçal Rezkallah, du collectif de photographie Isoclub, Karima Belasli de l'association Femmes en communication et  Aniss Lammali, de l'agence de communication Popium, arrivés d'Alger la veille ont montré un visage de l'Algérie rarement médiatisé. 

Lire la suite sur Maghreb Emergent


"Algérie en mouvement", un festival annuel visant notamment à "corriger" l’image du pays en France et de mettre en évidence le talent de sa jeunesse, s’est ouvert mardi soir à Paris, à l’initiative du Forum France-Algérie.

L’évènement qui se déroulera à Paris, Aubervilliers, Montreuil et Nanterre du 12 au 16 novembre, a débuté par un focus sur les Médias en Algérie, une rencontre-débat mettant en relief le monde bouillonnant des nouveaux médias et réseaux sociaux algériens, auquel ont pris part de jeunes associatifs (Web journalistes, photographes, journalistes, animateurs de radio etc..).

La rencontre a été étrennée par la projection de deux documentaires : la Méga randonnée du 1er mai 2011, de l’association oranaise Bel Horizon, et Béjaïa Doc présentant les actions innovantes de représentants des médias algériens.

Elle s’est poursuivie par une représentation d’expériences de jeunes talents dans les réseaux sociaux et un débat "Médias en mouvement" se rapportant au paysage médiatique en Algérie.

Abordant le sujet, le journaliste et essayiste Akram Belkaid a estimé qu’Internet a "cassé tout monopole sur l’information" et permet désormais à la société civile de "juger" l’actualité. Pour lui, les médias algériens sont "en mouvement depuis plus de 25 ans".

Lire la suite sur Maghreb Emergent

Le Festival « Algérie en mouvement », destiné à mettre en évidence le talent de sa jeunesse, s’est ouvert, hier soir à Paris, à l’initiative du Forum France-Algérie.

Lors de l’ouverture officielle de l’évènement, le président du Forum, Farid Yaker, a affirmé qu’Algérie en mouvement se propose de révéler les talents Algériens à la société civile Française et de contribuer à densifier les relations entre les acteurs associatifs en France et en Algérie.

Cette manifestation, appelée à se dérouler jusqu’au 16 novembre dans les quartiers d’Aubervilliers, Montreuil et Nanterre, a débuté par un focus sur les Médias en Algérie et une rencontre-débat mettant en relief le monde des nouveaux médias et réseaux sociaux Algériens.

Lire la suite sur Radio Algérienne

[...] Si vous aimez l'art contemporain, rendez-vous du 12 au 30 novembre à Paris pour l'exposition YAA avec les Algériens Walid Bouchouchi, Sadek Lamri, Nawel Louerrad, Sadek Rahim et Amina Zoubir.  YAA ? Comme Young Algerian Artists (un clin d’oeil à YBA et aux fameux Young British Artists), mais aussi une exclamation que l’on peut interpréter de différentes manières : joie, colère, questionnement, etc., notamment par le biais des propos et des oeuvres présentés par ces cinq artistes. Cette exposition s’inscrit dans le cadre du Festival Algérie en Mouvement, qui a pour objectif de présenter un autre visage de l’Algérie et de sa jeunesse ainsi que de créer des passerelles entre les sociétés civiles des deux rives dans différents domaines : nouveaux médias/audio-visuel/réseaux sociaux, économie sociale et solidaire, environnement, monde associatif, culture.

Lire la suite sur Le Figaro