La revue de presse d'Algérie en Mouvement du 12 Décembre 2020

 Par Lynda Abbou

 Capture décran 2020 11 14 à 09.11.54

L'accord de normalisation « Maroc-Israël » annoncé le 10 décembre, en contrepartie de la reconnaissance par Washington de la souveraineté de Rabat sur le Sahara occidental, a été immédiatement commenté par de nombreux observateurs.

L’ancien ministre du Commerce et homme politique, Nour-Eddine Boukrouh, a titré une contribution sur sa page Facebook, « PENDANT QUE L’ALGERIE EST EN GUERRE CONTRE ELLE-MÊME… » ‎. « Pendant que l’Algérie est en guerre contre elle-même, le peuple sur une rive et le pouvoir ‎sur une autre, des militants de la démocratie partageant les cellules de prison avec des ‎figures de l’ancien régime, un président sitôt mal élu, sitôt hospitalisé à l’étranger, notre ‎voisinage s’effondre un Etat après l’autre et nous, au milieu des ruines, continuant à ‎raisonner comme Djouha dans l’anecdote de l’incendie qui dévorait son village » a regretté Boukrouh dans son texte.

 

La revue de presse d'Algérie en Mouvement du 12 Décembre 2020

 Par Lynda Abbou

 Capture décran 2020 11 14 à 09.11.54

Le Chef de l’Etat Abdelmadjid Tebboune s’est adressé aux algériens dimanche dernier à travers un cours discours filmé et publié sur le réseau social Twitter, après une absence qui a duré près de deux mois.

Dans cet enregistrement de moins de cinq minutes, il a annoncé ‎qu’il allait mieux, et qu’il serait ‎de retour au pays dans une à trois semaines. « II a parlé de son absence comme l’aurait fait par skype devant sa famille inquiète un émigré dans la ‎‎« ghorba » (exil) longtemps privé de moyens de communication » a commenté l’ancien ministre du Commerce et homme politique, Noureddine Boukrouh sur Facebook.  « En moins de cinq minutes, Tebboune a pu prouver l'état de vide et d’échec atteint par les institutions de l’Etat » a dit de son côté le journaliste Nadjib Belhimer sur le même réseau social.

 

La revue de presse d'Algérie en Mouvement du 26 Décembre 2020

 Par Lynda Abbou

 Capture décran 2020 11 14 à 09.11.54

Le retour en Algérie du général-major à la retraite Khaled Nezzar, qui fait l’objet d’une condamnation de 20 ans de prison ferme et d’un mandat d’arrêt international a fait exploser la toile algérienne.

Peu de temps après sa publication par le quotidien El Watan, l’information a suscité les réactions des observateurs sur la scène politique algérienne. Interrogé par Radio M, l’opposant politique Karim Tabbou estime que cet événement relève de « la réconciliation des clans du pouvoir contre le Hirak ».

« Les différents clans du système pourraient passer des accords, établir des réconciliations et un consensus contre le changement et contre le Hirak » a signalé Tabbou. Car selon lui, l’une des revendications essentielles du Hirak c’est de permettre à l’Algérie de quitter le mode de gouvernance obscure, orchestrée par des cercles restreints, vers la création d’un Etat, qui sera gouverné par le peuple, dans le cadre des fondements de l’Etat de droit et de la justice indépendante.

 

La revue de presse d'Algérie en Mouvement du 2 Janvier 2021

 Par Lynda Abbou

 Capture décran 2020 11 14 à 09.11.54

Le Chef de l’Etat algérien Abdelmadjid Tebboune est rentré au pays, après deux mois d'hospitalisation en Allemagne, où il a également observé une période de convalescence après son rétablissement de la Covid-19. Il a atterri, mardi 29 décembre 2020 en début de soirée, à l’aéroport militaire de Boufarik, dans la wilaya de Blida. Son retour a donné le feu vert au débat sur son agenda et les chantiers urgents qui l’attendent.

Son agenda est très chargé, « après plus de deux mois d’absence, Abdelmadjid Tebboune retrouve plusieurs dossiers en attente, dont certains revêtent un caractère urgent ». Il a d’ailleurs signé jeudi 31 décembre 2020 la Loi des Finances 2021. Cette loi, dont la cérémonie de signature a été diffusée en vidéo sur la page Facebook officielle de la présidence de la République, entre enfin en vigueur, après son adoption en novembre dernier par le parlement. Tebboune a signé également le décret présidentiel portant promulgation dans le Journal officiel de l’amendement de la nouvelle Constitution.